Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 18:22

Il existe, dans la Drôme, près de la Forêt de Saou et de ses très réputés Trois Becs, une montagne plus secrète, ce qui la rend ainsi tellement attirante...

Il y a un moment que cette montagne me nargue… ça fait un sacré bail que j’ai envie d’aller y voir si là-haut le paysage n’est pas plus beau qu’ici bas…

 

Mais, pour ce magnifique week-end, mes envies allaient être très amplement comblées !

 

Rendez-vous est donné à Saou en ce dimanche 1er novembre, avec quelques amis, invités à cette fête, et notamments des membres des Tontons Dérailleurs, le Club VTT voisin de Saou. Ces Tontons ont tous des pseudos : Bart, Picodon, Poirécahuètes...

 

Co-voiturage jusqu’aux Tonils, après Bourdeaux. Je n’étais jamais allé dans ce coin ; déjà, dans la voiture, avec les couleurs automnales, le paysage est magnifique.

 

Ce village est un petit trésor, niché dans son écrin aux couleurs flambloyantes.

 

La promesse d’une journée mémorable…

 

 

Le départ est donné aux alentours de 9 heures, pour une première partie, annoncée très gourmande : un bon 900 m de dénivelée positive sur quelques kilomètres à peine.

 

La montée se fait par une belle piste, avec parfois quelques bons coups de cul ; la température monte rapidement, on enlève les premières couches de vêtements… bien sûr, ça chambre pas mal dans les rangs.

 

On passe au col de Soubeyrand, et on continue l’ascension ; la beauté des couleurs automnales est saisissante ; le ciel bleu, improbable, nous accompagne.

 

La piste se transforme en single, qui finit sur les alpages, qui annoncent l’approche des crêtes de Couspeau.

 

Nous y arrivons enfin, et nous sommes alors complètement stupéfaits par la luminosité exceptionnelle, qui permet un panorama extraordinaire.

 

C’est alors parti pour une phase de VTT grandiose ; nous remontons toute la crête de cette fabuleuse montagne.

 

La progression se fait avec des vues tout aussi belles du côté droit que du côté gauche ; tout n’est que superlatif.

 

Nous finissons ces crêtes par l’ascension du Grand Delmas, point culminant de Couspeau qui trône à 1544 m.



 

Un bon portage nous permet d’accéder à ce pic, d’où le panorama permet, au Nord, de voir le Vercors, le Glandasse, jusqu’aux contreforts de la Chartreuse.

 

A l’Ouest, on peut voir le Mont Mézenc, qui se détache de la brume rhodanienne.

 

Au Sud, on voit nettement le Mont Ventoux, comme sur un île au-dessus des nuages.

 

Et, à l’Est, mes amis, à l’Est… Ma che bellissima !!!!

 

Toutes les Alpes, du Massif des Ecrins aux sommets du Verdon, en passant le Pic de l’Obiou.

 

Une luminosité incroyable qui permet de voir, au-delà du Gapençais et du Briançonnais, jusqu’à une montagne au sommet caractéristique… le Mont Viso !

 

Autrement dit, on voit, d’un seul lieu, du Massif Central à l’Italie ; tout le quart Sud-Est sous nos yeux…

 




 

On ne sait si c’est l’altitude, la fatigue, le portage ou la beauté du site, mais je crois que c’est à ce moment-là que nous avons perdu Tonton Bart…

 

Alors que l’on parle de la montagne de Barry face à Barsac, alors que notre ami "Bob Marley" ironise sur la Comtesse du Barry, Bart ne trouve pas mieux que… de nous évoquer la Porte de Barry, dans la forêt de Saou, en entonnant un grand standard de Barry White…

 

C’est à ce moment-là qu’avec Picodon, dans un clin d’œil, nous comprenons immédiatement qu’il faut intervenir énergiquement ; nous sautons sur nos pieds pour le plaquer au sol, lui bander les yeux, lui pincer le nez pour qu’il ouvre la bouche et rapidement le gaver avec tout ce qui nous passe par les mains : chips fluos de Goldorak, autre pseudo d'un membre de cette virée vététesque, dreadlocks hallucinogènes de BobMarley, fromage qui pue de Saou, et même un démonte-pneu.

 

 

Après ce gueuleton, nous enfourchons les spads pour la descente… enfin, c’est un bien grand mot, car rapidement, la déclivité absolument déraisonnable de la pente nous forcera à mettre pied à terre, et à passer la première partie de la descente à côté du bike… Nous ironisons sur la TransVésubienne, le Brec d’Utelle, cette course VTT dite "la plus dure du monde" et ses portages à la montée et à la descente.

 

Passer cette partie sur le vélo relève du défi insensé, ou d’un bien faible attachement aux plaisirs terrestres…

 

Impatients, dès que la pente cesse de ressembler à un mur d’escalade, nous remontons sur les vélos et enquillons la descente, heureux comme des gosses, jouant dans les feuilles mortes qui jonchent le draillou.

 

Nous arrivons au col de la Chaudière, avec la banane. 

 

Nous enchaînons ensuite par une session pinglistik (virages en épingles à cheveux) du col de Gourdon, jusqu’à Floréal.

 

Je me lancerai dans toutes les pingles, avec un certain engagement, que je passerai avec plus ou moins de succès, de manière plus ou moins artistique…

 

Par le GR, nous remonterons ensuite au gîte de Fondoresse, où – avec la gentillesse des hôtes – nous pourrons remplir nos camel back.

 

Pour éviter quelques divorces en raison de retours à la maison trop tardifs, nous amorcerons une descente rapide sur Bezaudun sur Bîne, par un petit single sinueux très joueur (mais un peu accrocheur aussi à ses griffes de pyracanthas et autres buissons épineux…).

 

Nous finirons ensuite, par un sprint massif, par rejoindre les Tonils par la route, et déguster quelques bières tout à fait rafraîchissantes, ainsi que l’excellente pâte de coing de Dame Picodon.

 

 

Ce fut en tout point une rando exceptionnelle, avec une luminosité hors du commun et des panoramas magnifiques ; sans doute l’une de nos plus belles randos.

 

Nous avons pu contempler nos prochains objectifs : la Lance, les Balcons de Glandasse… Oui, les beaux coins de la Drôme ne manquent pas et plus on la pratique, plus on en a envie !

Partager cet article

Repost 0
Published by gyome - dans Vie du Club
commenter cet article

commentaires

Coach sportif 11/07/2011 15:17


Merci de nous faire partager ces beaux paysages !


gyome 18/11/2009 22:08


Merci pour ton message et ta visite sur ce blog, helliot

Couspeau fait partie, avant tant d'autres (Lance, Glandasse, Diois, etc.) de ces magnifiques montagnes drômoises tellement agréables à découvrir à VTT


Helliot- 18/11/2009 17:59


Ce sont des lieux magiques, la France petit pays mais avec de grands espaces, nous avons encore la chance de faire de belles randos


Lucho 01/11/2009 19:52


Superbe CR Gyome !
Il est à la hauteur de cette montagne "magique" !
Bravo